Infidélité Témoignages

Comment l’infidélité d’un parent peut blesser un enfant

Écrit par Aisha B.

L’article récent sur les conséquences de adultère a suscité beaucoup de réactions. J’ai reçu pas mal de questions et de témoignages dont celui d’une soeur connectée à cette plateforme et que j’ai vraiment eu à coeur de vous partager. Ce témoignage montre comment l’infidélité d’un parent peut ouvrir la porte à la destruction dans la vie de ses enfants.

Faire le choix de tromper son mari ou sa femme, ce n'est pas un jeu. Click To Tweet

Prendre la décision de renoncer à son engagement envers son conjoint et ses enfants pour “vivre l’amour” ou pour “être heureux” dans une ou plusieurs relations adultérines n’est pas sans conséquences.

On dit souvent que les enfants “s’en remettent” ou que cela ne les affecte pas; mais le témoignage de Grace nous révèle le contraire.

Témoignage de Grace

A un très jeune âge, j’entendais ma mère faire des plaisanteries sur mon père et d’autres femmes. Elle en parlait d’un ton léger. J’étais trop jeune pour vraiment saisir ce dont il s’agissait jusqu’au jour où je l’ai surpris avec une autre que ma mère dans la chambre parentale. Malgré les années qui se sont écoulées depuis ce jour, cette image demeure gravée dans mon esprit comme si la scène s’était déroulée hier. Ce jour où j’ai vu ce qu’aucun enfant ne devrait voir. J’ai refermé la porte avec délicatesse. Je ne savais pas que je refermais également la porte sur tant de belles choses que la vie avait à m’offrir. Mon innocence, une vie sentimentale sereine, une relation saine avec Dieu, moi-même, les autres, le monde, la vie.

Impact de l’infidélité parentale dans la vie quotidienne de l’enfant

Mes parents ont fini par se séparer, sûrement le résultat de tant d’années d’infidélité, de souffrances qui rendaient la vie familiale insoutenable. Mon père a fait le choix de ne plus subvenir à nos besoins. Par vengeance envers ma mère qui avait fait le choix de le quitter ? Je me suis souvent posée la question.

 J’étais coincée entre deux mondes et j’ai fini par créer le mien dans un monde de solitude et de rêves d’une vie meilleure.

Ma mère ayant été femme au foyer pendant plusieurs années, notre style de vie a, du jour au lendemain, changé de manière drastique. Nous avons quitté notre quartier huppé pour un quartier populaire,  notre école privée pour une école publique, une voiture climatisée pour des bus bondés de monde. La liste est longue. Je me retrouvais dans un milieu dans lequel je n’avais pas grandi et où il m’était difficile de trouver mes marques rapidement. Je n’osais plus fréquenter mes amis dont j’imaginais les commentaires. Je n’avais d’ailleurs plus les moyens d’aller au cinéma, d’acheter des cadeaux pour les fêtes d’anniversaire, de m’habiller convenablement. Débarquer en bus ou à pied ne me réjouissais guère non plus. J’étais coincée entre ces deux mondes et j’ai fini par créer le mien dans un monde de solitude et de rêves d’une vie meilleure. Un monde de pensées qui divaguait entre les jours heureux de ma tendre enfance et la merveilleuse vie que je réussirai sans aucun doute à me créer quand je serai grande. Le présent n’avait guère de place dans mes pensées car trop douloureux pour qu’elles s’y posent.

Conséquences au niveau émotionnel, spirituel, physique et sentimental

La porte s’était refermée sur tant de belles choses mais elle s’était ouverte de manière sournoise sur un monde obscur qui porte le nom de honte, colère, rancune, rejet de soi, crainte, méfiance et autres maux sur lesquels j’ai pu mettre des mots que bien plus tard car dissimulés et maquillés par des mécanismes mis en place par mon subconscient, par l’ennemi.

Avec du recul, je me rends compte que presque toute ma vie, je me suis battue telle une forcenée pour devenir parfaite. Parfaite pour me laver de la honte. Parfaite pour être aimée et acceptée vu que je ne méritais pas de l’être pour qui j’étais. Mon père ne m’avait-il pas rejeté ? Je me cachais derrière un sourire pour ne rien faire transparaître de mon vécu, ce sourire qui a longtemps masqué la colère et la rancune qui prenaient racine en moi à mon insu. Cette histoire m’avait également littéralement ôté le souffle, ayant développé une maladie respiratoire chronique suite aux tensions familiales. Quant à ma vie sentimentale, je l’ai abordée avec méfiance et angoisse.

La fierté, le respect, la confiance, l’affection ont disparu de mon regard d’enfant.

Et si je n’avais pas vu ? Je me suis longtemps demandée si cette scène dont j’avais été témoin avait été l’élément déclencheur. Un fardeau que j’ai longtemps porté sur mes frêles épaules d’enfant, d’adolescente. Ce jour où mon père est mort enterré par mon cœur, par tout mon être. Ce jour où la fierté, le respect, la confiance, l’affection ont disparu de mon regard d’enfant. Il y a quelques jours, je pensais à Dieu, à mon « Père qui est aux cieux » (Matthieu 6: 9). Je me suis arrêtée sur le poids de ces mots pour la première fois. Un père. Le mien m’avait fait vivre souffrances et m’avait abandonné malgré ses nombreuses promesses de toujours prendre soin de moi, de se battre pour me donner le meilleur. Je me suis alors rendue compte avec stupeur que pendant des années, inconsciemment, j’avais fait le parallèle entre mon père terrestre et mon Père Céleste. Je n’avais jamais réussi à réellement m’approprier l’amour immense et inconditionnel de mon Père et à m’en imprégner.

« Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point » (Josué 1 :5)

Ces mots étaient finalement vides de leur sens profond car intangibles dans mon monde réel. Me reposer entièrement sur celui que j’aime appeler ‘Mon Tendre Ami’, avoir une foi inébranlable, une confiance totale en Lui aurait donc relevé d’un miracle. J’ai alors crié à mon Père : « Ouvre-moi les yeux pour que je Te vois tel que Tu es ! Ouvre mon cœur pour qu’il T’accueille avec ferveur ! Je désire tant vivre Tes promesses d’une vie victorieuse et abondante en Toi, vivre libre de mes chaînes pour Te servir ! »

Commettre un adultère, c’est choisir de jouer au kamikaze au sein de son foyer. Click To Tweet

Ayant vécu les conséquences de l’adultère en tant qu’enfant et adulte, je ne peux m’empêcher de penser à l’adultère en ces termes : tragédie, malédiction générationnelle. Commettre un adultère, c’est choisir de jouer au kamikaze au sein de son foyer en pensant naïvement que l’on en sortira indemne. La Parole nous l’explique clairement dans les deux passages suivants :

« Car pour la femme prostituée on se réduit à un morceau de pain, et la femme mariée tend un piège à la vie précieuse. Quelqu’un mettra-t-il du feu dans son sein, sans que ses vêtements s’enflamment? Quelqu’un marchera-t-il sur des charbons ardents, sans que ses pieds soient brûlés ? Il en est de même pour celui qui va vers la femme de son prochain. Quiconque la touche ne restera pas impuni. » (Proverbes 6: 26-29).

« Il se mit tout à coup à la suivre, comme le bœuf qui va à la boucherie, comme un fou qu’on lie pour le châtier, jusqu’à ce qu’une flèche lui perce le foie. Comme l’oiseau qui se précipite dans le filet, sans savoir que c’est au prix de sa vie. Et maintenant, mes fils, écoutez-moi, et soyez attentifs aux paroles de ma bouche. Que ton cœur ne se détourne pas vers les voies d’une telle femme. Ne t’égare pas dans ses sentiers. Car elle a fait tomber beaucoup de victimes, et ils sont nombreux, tous ceux qu’elle a tués. Sa maison, c’est le chemin du séjour des morts; Il descend vers les demeures de la mort. » (Proverbes 7: 22-27).

Cette mort qui entraîne tant de personnes dans son sillage... Lorsque nous permettons à l’adultère de franchir le seuil de notre mariage, l’ennemi « un voleur qui ne vient que pour dérober, égorger et détruire » (Jean 10: 10) peut tranquillement se croiser les bras et observer avec satisfaction le spectacle de colère, de haine, d’amertume, d’humiliation, de dépression, de violence, de déchirure, d’instabilité, de désolation, etc. qui se présente à lui.

Même lorsque les enfants ne sont pas au courant de la situation d’adultère, ils souffrent des conséquences dévastatrices d’un couple dont l’âme saigne et crie de douleur.

J’ai entendu tant d’histoires, les unes plus tristes que les autres. Des enfants qui doivent témoigner contre un parent dans le cadre d’une procédure de divorce. Des enfants qui se voient obliger de porter le poids lourd du secret de l’infidélité et qui vivent avec le sentiment de trahir le parent trompé. Des enfants qui se retrouvent orphelins de mère ou de père suite à un crime passionnel ou à un suicide. Des enfants qui basculent dans une vie de précarité. Des enfants qui se réfugient dans la drogue, l’alcool, la promiscuité, la violence. Des enfants dont l’estime de soi et la confiance en soi se volatilisent. Des enfants qui voient, impuissants, un parent sombrer dans l’alcool pour noyer sa souffrance. Des enfants qui apprennent un beau jour qu’ils ont des frères et sœurs conçus hors mariage. Des enfants qui découvrent, parfois adultes, qu’ils sont le fruit d’une relation adultérine, des “enfants de la honte”, et que leur père n’est pas leur père. Adultes, certains enfants répètent le même schéma et détruisent à leur tour leur vie et celles de leur conjoint et enfants. Même lorsque les enfants ne sont pas au courant de la situation d’adultère, ils souffrent des conséquences dévastatrices d’un couple dont l’âme saigne et crie de douleur. La liste est interminable.

Enfant, j’ai aussi était témoin de violences liées à des crises politiques. C’est ainsi qu’il m’arrivait, entre autres, de voir des cadavres sur le chemin de l’école. Malgré ces atrocités, mon cœur d’enfant a été moins affecté par cette guerre que par la guerre qui a sévi dans ma famille. J’avais cette profonde conviction qu’avec mes parents j’étais en sécurité et que rien de mal ne pouvait m’arriver. Tant d’enfants souffrent de l’adultère de leurs parents, quel que soit leur âge. Les parents ne se rendent pas compte à quel point les enfants peuvent être dévastés et tourmentés toute leur vie par leur choix. Ils ne réalisent pas à quel point cet acte façonne l’enfant, sa relation avec La Vie et ce, souvent de manière perfide dans son subconscient, ses pensées.

Dans un monde de tentations, ce n’est que par la force et la grâce de notre Seigneur que nous pourrons demeurer sur le Chemin de Dieu. C’est un combat continu que nous nous devons de mener contre notre chair.  Choisissons, pour notre couple et nos enfants, de suivre Christ qui Lui est « venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance. » (Jean 10:10).

Grace

Envoyez-moi vos questions et témoignages!

Avez-vous des questions sur cette thématique ou un témoignage à partager ? Merci de me les envoyer en utilisant ce formulaire.


Vous aimez cette publication? Faites-en profiter quelqu’un d’autre, PARTAGEZ! Connectez avec la communauté des abonnés sur Facebook | Twitter | YouTube | Google+ !

Partager, c'est aimer.
  •  
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

2 Commentaires

  • Waouw!!! Très très puissant. Que ce témoignage nous motive à prier pour nos enfants. Afin que Dieu qui sonde les coeurs, fasse un travail profond dans les coeurs de nos enfants. Detruire tous mensonges du diable en implanter sa vérité: “Je suis le père des orphelins, mari des veuves, père des enfants délaissés et abandonnés. ”

    Merci Grâce et que Dieu te bénisse