Belle-Famille

Relations belle-mère et belle-fille : 13 obstacles à l’entente

Écrit par MAG

Après les fêtes où nous avons pour la plupart été amenés à passer des temps en famille, voilà un sujet qui pourrait en intéresser plus d’un !  : Les relations beaux-parents – beaux-enfants. Relations complexes où des univers et des personnalités différentes se rencontrent et doivent se combiner pour bien vivre ensemble et arriver à former une famille. Mais voilà, quels défis souvent ! Et bien entendu l’ennemi se sert de la moindre faille pour briser les couples, diviser les familles.

En effet, s’entendre avec ses beaux-parents est probablement l’un des plus grands défis de la vie conjugale. Cette entente fait pourtant partie des clés pour avoir une vie de couple épanouie. On entend tant et tant de témoignages de personnes qui souffrent de leurs mauvaises relations avec leur belle-famille (surtout belle-mère – belle-fille ) et cela ne s’arrange pas quand il y a les enfants… Pas mal de plaintes de belle-famille envahissante, intrusive, méprisante ou rejetante. Et malheureusement encore tellement de divorces prononcés à cause des difficultés de l’un des conjoints avec sa belle-famille !

Quelques soient les caractéristiques de vos « beaux » ou celles que vous pensez qu’ils ont, il y a moyen de vivre en paix même si tous les problèmes ne sont pas résolus.

En tant que couple, il est de votre devoir de protéger cette relation en sachant qu’elle peut être un canal de l’ennemi pour briser votre mariage au lieu d’être une source de bénédictions comme Dieu le désire.

En tant que beaux-parents, il est de votre devoir de veiller à être un soutien pour vos enfants et éviter d’être un canal destructeur mais plutôt un canal qui édifie.

Enfin, en tant qu’enfant de Dieu, il est de votre devoir d’être des artisans de paix pour la Gloire du Père.

Dans cet article, nous allons nous intéresser aux obstacles à l’entente avec nos beaux-parents et avec nos beaux-enfants. Puis, dans les prochains articles sur cette thématique nous partagerons quelques clés bibliques pour arriver à les surmonter.

Les obstacles à l’entente entre belle-mère et belle-fille

J’ai identifié 13 obstacles à cette entente.

Obstacle 1: La relation basée sur les sentiments ou les émotions.

Nous le savons tous, ce sont nos sentiments qui déterminent nos actions. Quand ma relation avec l’autre est basée sur mes émotions cela se traduit par un comportement inconstant où je vais apprécier la personne tant que ses pensées et attitudes vont dans le sens qui me plaît. Le résultat de cela est qu’il suffit que cette dernière démontre un comportement contraire à mes attentes pour que la déception puis le conflit naissent. La relation est faussée car il s’agit d’un amour conditionnel.  « Je t’aime et t’apprécie que quand tu fais et agis comme je le souhaite. »  Il s’agit souvent de personnes vivant plus dans l’âme, donc conduite par leur émotions, que dans l’Esprit.

Celui qui pense seulement de manière humaine n’accepte pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu. Pour lui, c’est une folie, et il ne peut pas comprendre cela. Oui, c’est seulement l’Esprit Saint qui permet de bien juger ces choses. (1 Corinthiens 2:14)

Obstacle 2:  Le manque de maturité.

Le manque de maturité conduit à des comportements enfantins comme l’irritation, le manque de maîtrise de soi manifestée par des réactions parfois démesurées et excessives face à certaines situations ou paroles d’autrui. Une personne qui manque de maturité aura des difficultés à savoir se remettre en question et à prendre ses responsabilités en cas de conflit. Ces personnes son souvent facilement blessées ou vexées quand elle n’ont pas l’attention ou l’affection désirée ou qu’elle n’obtienne pas ce qu’elles veulent. Elles sont dépendantes de leurs émotions et ont souvent besoin d’être rassurées qu’on les aime et d’être au centre des attentions.

Pour moi, frères et sœurs chrétiens, je n’ai pas pu vous parler comme à des personnes qui ont l’Esprit Saint. Je vous ai parlé seulement comme à des personnes faibles, à des chrétiens qui sont encore des bébés dans la foi. Je vous ai donné du lait à boire, et non une nourriture solide, parce que vous ne pouviez pas la supporter. Même maintenant, vous ne pouvez toujours pas la supporter, parce que vous êtes encore faibles. En effet, parmi vous, il y a de la jalousie et des disputes. Alors, est-ce que vous n’êtes pas des gens faibles ? Est-ce que votre façon de vivre n’est pas encore bien humaine. (1 Corinthiens 3:1-3)

Obstacle 3: Quand l’un ou l’autre, ou les 2 pensent être des ennemis.

Il y a ignorance du rôle de chacun dans la famille et on se comporte comme des rivaux ou des ennemis plutôt que des alliés du même camp car faisant partie de la même famille. Bien-aimé(e)s, votre belle-fille, votre belle-mère ou votre beau-père n’est pas votre ennemi mais plutôt votre allié pour construire une famille unie et épanouie.

Obstacle 4: L’orgueil.

Chacun cherche son propre intérêt, son propre confort. Personne n’est prêt à faire quelques compromis, concessions, ou à se remettre en question de peur de se sentir écrasé ou inférieur à l’autre. L’orgueil est la racine de la plupart des maux.

C’est seulement par orgueil qu’on excite des querelles, Mais la sagesse est avec ceux qui écoutent les conseils. (Proverbes 13:10)

L’orgueil d’un homme l’abaisse, Mais celui qui est humble d’esprit obtient la gloire. (Proverbes 29:23)

Obstacle 5:  On se fait une fausse idée sur l’autre. On a des préjugés concernant l’autre

« De toute façon je sais qu’elle est comme-ci ou comme ça.. Je sais qu’ils ne m’apprécient pas. » « Elle est égoïste, méchante, trop dure, trop fermée, trop susceptible … »  Ces idées peuvent quelques fois être une fausse interprétation due à notre caractère ou à notre culture familiale différents de ceux de nos « beaux ».  Par exemple, quelqu’un de tempérament réservé et discret qui a une belle-famille plutôt du tempérament inverse peut trouver cette belle-famille trop intrusive dans certains domaines. Ou encore une belle-mère avec une culture plutôt légaliste ou conservatrice peut trouver sa belle-fille trop laxiste ou discourtoise.

Obstacle 6: Vouloir changer l’autre.

On veut que l’autre soit comme nous le voudrions et on essaie de le faire changer ou le rallier à notre point de vue. Nous nous sentons alors inconfortable en sa compagnie et avons des difficultés à partager. Pourtant, on ne peut pas s’attendre à ce que notre belle-famille ou nos beaux-enfants pensent comme nous. Chacun a son cheminement, son passé, et ce qui est valable pour moi ne l’est pas forcément pour l’autre. Aussi légitime, moral, biblique ou spirituel cela soit-il, parfois nous devons accepter l’autre tel qu’il est et faire les choses à la manière de Dieu.

Obstacle 7: Le manque de confiance en soi.

Plusieurs sentiments et comportements peuvent en découler. Quand une personne manque de confiance en elle, elle peut avoir des réactions démesurées. Le moindre geste va être interprété comme inadapté, contrariant, choquant.  Ces personnes manifestent souvent une certaine hypersensibilité face aux remarques ou attitudes d’autrui vis à vis d’elles.

On a aussi chez certaines personnes le désir immodéré de plaire pour se sentir accepté. Ce cas est fréquent chez les belles-filles qui essaient de plaire à leur belle-mère par exemple. Elles se retrouvent donc parfois prises entre le désir de plaire, d’éviter d’offenser et le fait de vouloir être elles-mêmes. Ceci peut aussi concerner la belle-famille. Par exemple, une belle-mère qui manque de confiance en elle aura tendance à être méfiante et à voir sa belle-fille comme une rivale. Dans tous les cas cela génère du mal-être et des conflits nécessitant d’être réglés par un travail sur son identité et son estime de soi-même.

Obstacle 8: Le rôle du mari n’est pas assumé.

C’est le cas dans les couples où le mari n’assume pas son rôle de chef de famille, d’autorité dans le foyer. Il laisse sa femme gérer et assumer des rôles qui normalement ne lui reviennent pas. Par exemple, il laisse sa femme intervenir en cas de conflit avec ses parents ou n’ose pas intervenir. Ce qui généralement, crée des problèmes.  Il se peut aussi que cette autorité soit étouffée ou remplacée par une autorité féminine. Dans ce cas, le déséquilibre occasionnera forcément des conflits car rien ne peut bien fonctionner, de façon pérenne en tout cas, quand l’équilibre est rompu.

Obstacle 9: Les critiques.

Plus on critique l’autre, plus on le voit comme on le décrit et plus on a des difficultés dans notre relation avec lui. La critique est un voile devant nos yeux qui nous empêche de voir la lumière chez l’autre (c’est-à-dire ses points positifs, ses qualités, ses chances de progresser…). Nos paroles ont un pouvoir qui peut être soit destructeur, soit constructeur. Il n’est pas possible de vivre une relation bénie avec une personne qu’on maudit sans cesse par nos paroles.

Obstacle 10 : Le manque de pardon et l’amertume 

Il est difficile de côtoyer une personne envers qui on a de la rancœur. C’est obligatoirement un frein à la relation. Le pardon est un remède à consommer sans modération.

Obstacle 11: Le rejet.

Ce problème est fréquemment rencontré chez les parents qui n’acceptent pas le/la partenaire choisi par leur enfant et de ce fait le/la rejette d’emblée. Plus rare mais pas inexistant, on peut aussi rencontrer ce rejet de la part du conjoint qui n’accepte pas ses beaux-parents pour plusieurs raisons qui peuvent être liées au tempérament, à la culture ou encore au rang social de ces derniers.  Le rejet ne règlera pas la situation, bien au contraire. Il occasionne des blessures et du mal-être et n’est bénéfique à personne.  Le rejet est lié au ressentiment qui quand il grandit dans notre cœur empoisonne notre vie.

Obstacle 12: Ne pas accepter les changements chez son fils ou sa fille ou vouloir garder le fils ou la fille de sa jeunesse.

Parfois les parents n’acceptent pas que leur fils ou leur fille agisse différemment que ce qu’ils pensent ou différemment des valeurs qu’ils leurs ont communiqué étant jeunes. Ils interprètent tout changement chez leur enfant comme étant négatif et mettent en faute le conjoint. Pourtant il peut parfois s’agir de changements positifs, tout simplement plus matures et adultes. Faire preuve de sagesse et de discernement est primordiale pour les beaux-parents qui sont quelques part des modèles et des exemples.

Obstacle 13: Nous-même.

En fait chacun a sa part de responsabilité dans le bon déroulement de la relation. Si je regarde sans arrêt à moi-même et à mon bien-être, il me sera difficile de considérer celui de l’autre. Cela se manifeste aussi par le refus de changer : « j’ai toujours fonctionné comme cela et cela n’a jamais posé de problème à personne, je ne vois pas pourquoi je devrais changer pour il/elle », « c’est mon caractère », « je suis comme je suis », « tout le monde a ses défauts », « il ou elle est trop susceptible/sensible, je ne vois quel mal il y a à faire ou à dire ceci ou cela ». Toutes ces remarques ne sont pas de Dieu et démontrent un réel besoin de maturité spirituelle et de remise en question à la lumière de la parole de Dieu.

Car si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’ Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. (Romains 8: 13)

Vous avez peut-être pu vous identifier dans certains de ces obstacles. Ou peut-être même y avez-vous surtout vu vos « beaux ». Il peut s’agir d’obstacles vous semblant insurmontables. Face à eux vous pouvez vous sentir impuissant(e)s, dépassé(e)s, limité(e)s. Il peut en plus s’agir de situations bien plus complexes avec des difficultés qui s’enchevêtrent, ne vous laissant envisager aucun espoir possible de réconciliation et de bonne entente.

Mais quand nous nous sentons ainsi limités, c’est le bon moment pour lâcher prise et agir avec le soutien de Dieu. 

Christ est venu renverser le mur de séparation entre Dieu et nous, II est aussi capable de renverser les murs qui nous empêchent de vivre en paix avec nos familles. De plus Il nous a donné à nous, Ses enfants, le ministère de la réconciliation. Qu’ainsi vous appreniez à compter sur Lui et à Le laisser vous transformer, vous restaurer, et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence (pensée, sentiments, raison…) gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ pour trouver l’issue à l’entente avec vos beaux-parents, vos beaux-enfants.

Excellente année 2017 à chacun dans une relation bénie et épanouie avec vos « beaux » !

MAG

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

MAG

Épouse, maman et adoratrice passionnée de Dieu, MAG a soif de voir la puissance de resurrection de Christ opérer dans la vie de ceux qui Le suivent et de voir le plus d’âmes possible revenir vers leur créateur.

Laisser un commentaire

2 Commentaires

  • Merci beaucoup pour cet article. Ce qui me dérange chez ma belle mère c’est qu’elle ne sait pas faire de courtes visites. Lorsqu’elle vient chez nous elle fait un a 2 mois avec la caution de mon mari, alors que nous avons convenu qu’elle fasse deux semaines au plus. Cela me gêne enormement alors que mon mari n’en tient pas compte et trouve toujours le moyen de repousser le départ de sa mère. Il y a trois ans, elle est restée chez nous toute une année. J’ai l’impression de ne plus avoir d’intimité. En plus il y a quelques mois, un autre de ses enfants sans faire attention me racontait que ma belle mère lui avait donné des détails sur ma manière de gérer mon personnel de maison et autre. Je suis déçue et aujourd’hui je prends mes distances quand elle est là. Depuis mi Décembre jusqu’à ce jour 17 février elle est chez nous alors qu’elle était censée venir nous voir pour 2 semaines. Aidez moi car je suis fatiguée de cette situation.

  • Je te remercie MAG, pour cet article super édifiant qui met en évidence un point essentiel : c’est que l’obstacle majeur, c’est le fait de marcher selon la chair et non selon l’Esprit. Que Dieu nous aide vraiment! Sois bénie!
    Aisha