Paroles de Grâce

Ce que le pardon n’est pas…

Écrit par Aisha B.

Le manque de pardon est un vrai problème dans la vie de beaucoup, chrétiens ou pas chrétiens. Les cousins proches du manque de pardon sont la colère, le ressentiment, l’amertume… Ce sont des poisons qui détruisent des relations, des mariages, des familles entières.

Pourquoi avons-nous souvent autant de mal à pardonner ?

C’est souvent parce qu’on ne comprend pas ce que le pardon est et ce qu’il n’est pas. Et on ne sait pas non plus comment il fonctionne. Du coup, des fois on pense avoir pardonné à quelqu’un alors qu’en réalité en lui en veut toujours.

Quelques fois, on a du mal à pardonner parce qu’on trouve cela injuste se disant que quelque part, la personne doit payer pour le mal qu’elle nous a fait subir. Le cœur crie « vengeance » dans ces moments-là.

Quelques fois, on a du mal à pardonner parce qu’on se dit que pardonner signifie redevenir ami avec la personne et lui faire confiance entièrement. Si Dieu nous ordonne de pardonner aux autres, Il ne nous a jamais dit de continuer à faire confiance à ceux qui ont violé, brisé cette confiance.

La première étape pour comprendre le pardon est d’apprendre ce qu’il est et n’est pas. Ensuite, il faut choisir de pardonner et extirper toute forme d’amertume de son cœur tout en gardant notre droit à avoir des limites saines avec l’autre.

Aujourd’hui, on va voir ce que que le pardon n’est pas.

Ce que le pardon n’est pas.

Pardonner, ce n’est pas dire que ce qui a été fait était O.K.

Pardonner, ce n’est pas oublier. Lorsqu’on pardonne à quelqu’un, notre mémoire ne s’efface pas tout d’un coup. Pardonner peut être instantané (c’est une décision), mais oublier prend du temps. Mais quand on a vraiment pardonné, et qu’on a été guéri émotionnellement, normalement il n’y a plus de douleur associée au souvenir de ce qui s’est passé.

Dieu a cette capacité d’oublier les offenses. Et on peut Lui demander la grâce d’oublier les offenses qu’on a subies. On peut Lui demander d’effacer ces choses de notre mémoire. Je l’ai expérimenté et je peux rendre ce témoignage : Dieu est capable d’effacer ces mauvais souvenirs de votre mémoire !

Pardonner, ce n’est pas refaire confiance automatiquement. On ne fait confiance immédiatement à la personne qui nous a blessé lorsqu’on pardonne. Ce ne serait même pas logique. La confiance se gagne.

Je fais cet encart pour les personnes qui ont été infidèles dans leur couple. Vous avez demandé pardon à votre conjoint et vous vous demandez pourquoi il n’y a pas une restauration immédiate de la confiance. Eh bien sachez que pardonner n’équivaut pas à faire confiance. La confiance se gagne bien-aimé(e)! Ce n’est pas automatique. On parlera très certainement dans un prochain article.

Pardonner, ce n’est pas supprimer les conséquences. Le péché a toujours des conséquences. Même lorsqu’on a pardonné à quelqu’un, les conséquences de ses choix et de ses actions peuvent subsister, et il faudra y faire face.

Pardonner ne signifie pas dégager l’autre de toute responsabilité. Nous pouvons et devrions tenir les autres responsables de ce qu’ils font ou ne font pas. C’est le modèle que Dieu nous donne. Dieu pardonne nos péchés mais la plupart du temps nous devons faire face aux conséquences de notre péché.

Pardonner, ne signifie pas ignorer l’offense. Pardonner ce n’est pas faire comme si rien ne s’est passé. Ce n’est pas faire semblant de n’en avoir pas souffert. La réalité c’est que quelque chose c’est passé. Agir comme s’il n’y avait jamais rien eu nourrit le ressentiment et la colère. Cela reviendra à la surface à un moment donné si vous ne le traitez pas bien-aimé(e) !  Certaines personnes sont méchantes, odieuses, mesquines, apathiques, peu fiables, et refusent de changer et dans ces situations, c’est à nous de renoncer à les changer et de juste pardonner et avancer dans notre vie personnelle.

Pardonner n’est pas un signe de faiblesse. Pardonner ne veut pas dire que vous aviez tort. C’est un signe de force intérieure et démontre simplement le besoin de la personne offensée d’aller de l’avant.

Pardonner n’équivaut pas à guérison émotionnelle instantanée. De la même façon que les blessures naturelles prennent du temps pour guérir, cela prend du temps pour guérir lorsqu’on a été blessé émotionnellement. Certaines blessures sont profondes prennent plus de temps à guérir. Il faut être conscient de cela. Dans ces moments-là on peut être plus sensible à certaines choses mais cette sensibilité ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de pardon.

Pardonner, ce n’est pas dominer l’autre. Pardonner ne donne pas à celui qui pardonne le pouvoir de dominer la personne pardonnée. Ce serait violer le principe et le but même du pardon.

Pardonner ne signifie pas prendre le statut de victime. Il ne s’agit ni de légitimer ce que l’autre a fait, ni de jouer au martyr.

Pardonner, ce n’est pas faire en sorte que la relation soit comme avant. Dans certains cas les deux personnes deviennent plus proches (et c’est ce vers quoi on devrait tendre, en particulier dans le mariage, lorsque le mari comme sa femme travaillent à devenir meilleurs). Dans d’autres cas, les deux personnes deviennent moins liées qu’avant (en particulier dans les cas où la personne refuse de changer). Dans tous les cas, la relation ne sera plus jamais la même.

Dans le prochain article, on verra ce qu’est le pardon est.

N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. (Ephésiens 4 :30-32)

Que Dieu nous aide !

Demeurez bénis !

Aisha

Vous aimez cette publication? Faites-en profiter quelqu’un d’autre, PARTAGEZ! Inscrivez-vous sur la mailing list pour n’en manquer aucune ! Pour vous inscrire, cliquez sur « suivre » et saisissez votre adresse e-mail. Rejoignez-moi sur Facebook, ou sur Twitter, ou sur Youtube ou Google+ ! Contact: moncouple.mesrelations@gmail.com; Faire un don

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

Commentaires

  • Bonjour Aisha, tes messages me font très chaud au coeur et sont encourageants me faisant apprécier que Dieu nous connaît en tant qu’humain et ne nous demande pas nécessairement de pardonner rapidement mais prendre le temps de “cicatriser”….J’ai une question toutefois; pour lui pardonner, est-ce préférable que “l’offenseur” DEMANDE ce pardon avec sincérité? Merci de me répondre, ça fait longtemps que je me demande cela et je ne voie pas de réponse dans la bible à moins que tu m’indiques….sois bénie

    • Bonjour Diane,
      Dieu nous appelle à pardonner mais c’est normal que la blessure intérieure prenne le temps pour cicatriser… C’est une bonne question que tu poses Diane! Je prends le temps d’y réfléchir et répondre, si possible ici, sinon dans un futur article sur le pardon. Je crois que beaucoup seront intéressé… Demeure bénie!

  • oh Seigneur!gloire à toi pour la sagesse donnée à ta servante.ce que je désire aujourd’hui c’est oublier les offenses de mon mari,quelque soit l’issue de notre mariage.la trahison fait très mal mais avec la grâce de Dieu tout se surmonte. merci Aisha

  • Amen Seigneur, je pensais qu’il était abnormal que les blessures prennent du temps à guérir. Mais Gloire soit rendue à Dieu. Que l’Esprit de vérité nous emmene à un pardon profond et sincère.

    Merci Seigneur.