Témoignages

Dieu m’a délivré de l’alcool et a restauré mon foyer

Écrit par Aisha B.

La jalousie m’a presque tué

Je suis né en 1952 de parents alcooliques que je n’ai presque pas connus. Je suis le dernier d’une famille de sept enfant. J’ai passé mon enfance dans des familles d’accueil et divers foyers pour adolescents (DASS).

A l’âge de 15 ans, je me suis retrouvé dans une ferme à Ornex où tous les matins, je devais me lever à 5h00, pour m’occuper du bétail, et pour finir ma journée à 19h00. A 20 ans, j’ai effectué mon service militaire, puis j’ai connu le Seigneur et me suis converti dans cette période. A la fin de mon service, je me suis marié en Suisse en 1974.

Nous marchions mon épouse et moi avec le Seigneur, tout allait bien jusqu’à la naissance de notre premier enfant est né le 19 juin 1979. J’ai alors commencé à déserter la maison, car la jalousie l’a emporté petit à petit. Les copains d’abord, et ensuite l’alcool sont devenus progressivement ma vie. Par contre, celle de mon épouse est devenue un enfer. Elle croyait fort au Seigneur et sa foi l’a soutenue tout au long de ce calvaire qui allait durer plusieurs années.

Pour moi, il n’était plus question d’église, de Jésus, de Dieu. Je buvais du matin au soir et du soir au matin.

J’ai eu un retrait de permis, vécu le chômage, sans parler des dettes accumulées. Je ne payais plus mes impôts car je gardais l’argent pour boire. Un soir de Nouvel An, dans l’église où j’étais retourné, Dieu m’a clairement parlé et m’a dit : «J’efface tes transgressions comme un nuage, et tes péchés comme une nuée ; Reviens à moi, car je t’ai pardonné ». Esaïe 44 : 22.

Après une longue période, je suis revenu au Seigneur, nous avons eu notre deuxième enfant le 12 avril 1990, onze ans après le premier et là, le processus a recommencé, mais encore plus profond, plus sournois. Pour vous dire que mes deux enfants ne m’ont connu que dans cet état d’alcoolique. L’alcool est redevenu mon ami, avec ses parties de cartes, ses sorties nocturnes, boire encore et toujours.

Mon épouse pendant ce temps-là priait et demandait à Dieu que cela s’arrête. Dieu l’a exaucée. Une nuit, alors que je prenais ma moto pour rentrer d’un tournoi de pétanque, complètement ivre, ce qui devait arriver arriva : m’étant assoupi, j’ai percuté une voiture qui venait en face. Résultat : 2.35 pour mille d’alcool dans le sang, un genou dans un piteux état, déchirements des ligaments internes, externes croisés, au point que le médecin, quand il a vu mon genou ne savait pas s’il devait me couper la jambe ou tenter de la réparer. Grâce au Seigneur, il a opté pour la deuxième solution. Je vous passe les détails, tels qu’un long séjour à l’hôpital, des séances pénibles de rééducations, à nouveau suppression de permis, etc.

Mais Dieu est intervenu et tout a été parfaitement réparé, par sa puissance et par sa grâce. Je suis revenu au Seigneur, mais ça n’a pas été facile. J’ai dû demander pardon à mon épouse, à mes enfants, au Seigneur. Nous avons trouvé une nouvelle église, dans laquelle nous sommes toujours actuellement. Mon fils m’a pardonné, aujourd’hui il fait de la recherche en biologie. Notre fille également m’a pardonné. Elle a commencé une formation auprès des personnes handicapées mentales. Cela pour vous dire que le Seigneur peut transformer les cœurs endurcis et restaurer les familles détruites, quand on se tourne vers Lui en lui faisant confiance.

Christian PETIT

Source : Christ Sans Frontieres


Vous aimez cette publication? Faites-en profiter quelqu’un d’autre, PARTAGEZ! Inscrivez-vous sur la mailing list pour n’en manquer aucune ! Pour vous inscrire, cliquez sur « suivre » et saisissez votre adresse e-mail. Rejoignez-moi sur Facebook, ou sur Twitter, ou sur Youtube ou Google+ !

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

Commentaires