Paroles de Grâce

Abandon émotionnel : Mon conjoint est émotionnellement distant – Partie 2

C’est triste à dire et pourtant, des milliers de couples sont mariés sur le papier, mais vivent séparés emotionnellement l’un de l’autre; une vie dans laquelle il n’y a pas d’amour. Ces couples se croisent sur ​​le chemin du travail ou au moment de remplir leur devoir envers leurs enfants. Ils peuvent s’asseoir l’un à côté de l’autre à l’église, paraître liés, mais leur maison est remplie de silence et de rejet. Ces couples souvent ne mangent pas ensemble, ont cessé de prier ensemble depuis longtemps, et ne partagent que rarement humour ou rêves d’avenir. Leurs repas sont remplis d’un silence gêné ou de conversations superficielles. L’intimité physique fait partie du passé et d’ailleurs, l’on n’en parle jamais!

Après les causes de la distance émotionnelle, cet article  aborde 9 points qui vous aideront à rétablir un lien affectif avec votre conjoint. Comment briser cette distance émotionnelle?

autumn-leaf-macro-natureLa première étape pour briser la distance émotionnelle consiste à identifier les causes et à s’en occuper. Ne vous  isolez pas. Adressez-vous à Dieu et demandez-Lui ce qui vous manque dans votre mariage, puis faites-Lui confiance tout en effectuant quelques changements. Voici quelques suggestions pour rétablir une connexion d’amour avec votre conjoint(e) :

Soyez d’accord pour parler. Il va falloir parler des problèmes qui existent entre vous. Si vous voulez les résoudre, il faut qu’il y ait un engagement mutuel à écouter l’autre et ses problèmes, ainsi qu’à œuvrer vers l’amélioration de la situation. N’acculez pas votre conjoint en lui faisant un cours impromptu sur la situation, mais choisissez un temps et mettez-vous d’accord pour commencer à travailler ensemble sur vos problèmes.

Préparez-vous. Avant la discussion, prenez le temps de réfléchir aux problèmes non résolus dont vous allez discuter. Quelles sont vos inquiétudes par rapport à votre relation ? Dans quels domaines avez-vous l’impression qu’il faudrait vous améliorer ? Quelles sont vos attentes ? Le mieux serait de mettre vos réflexions par écrit. En tous les cas, soyez préparés à être ouverts et honnêtes l’un envers l’autre au sujet des vrais problèmes qui vous divisent. Prenez le temps d’écouter attentivement ce que votre partenaire vous dit. Accordez-vous l’un et l’autre un temps sans interruption pour exprimer votre vision des choses.

Soyez direct(e) mais doux(ce). Il n’y a rien à gagner à ne pas exprimer ses sentiments réels. N’oubliez pas que les problèmes non résolus sont au cœur du détachement émotionnel. Mettez donc toutes les cartes sur table et exprimez clairement ce qui vous blesse. Ne laissez pas les choses vous échapper. Engagez-vous à parler de vos problèmes avec bon sens. Si nécessaire, faites des pauses pour faire tomber la pression, mais il est important d’être d’accord pour continuer. Posez-vous l’un à l’autre les questions difficiles et parlez des sujets délicats qui ont sapé votre relation. Peu importe qui a commencé, il faut œuvrer à la résolution du problème.

Commencez à satisfaire les besoins inassouvis. L’on a tendance à se mettre en retrait d’une relation quand on pense que nos besoins ne sont pas satisfaits. Une relation saine nécessite que les deux partenaires travaillent activement à discerner les besoins l’un de l’autre et à faire en sorte que ces derniers soient comblés. Cherchez à comprendre les besoins de votre conjoint et demandez-vous comment vous pourriez commencer à mieux exprimer votre amour en cherchant à satisfaire ces besoins. Que votre partenaire et la satisfaction de ses besoins devienne votre priorité.

Affrontez vos propres difficultés. Si je me sens abandonné(e) par mon(ma) conjoint(e), alors il faut que je me pose cette question difficile : Qu’est-ce que j’ai fait pour que mon époux(se) s’éloigne de moi ? Cela ne vient peut-être pas que de votre côté, mais vous devez trouver ce de quoi vous êtes responsable et assumer vos actes. Ecoutez vraiment votre époux(se). Il y a bien sûr des choses que votre partenaire doit affronter de son côté et il/elle pourrait s’éloigner émotionnellement de vous pour des motifs égoïstes, mais faites votre part. Vous devez l’un et l’autre être prêts à demander pardon et à pardonner dans ce processus de guérison de votre couple.

Réengagez-vous volontairement. La restauration de votre connexion émotionnelle, ne se fera pas du jour au lendemain. Vous devez vous mettre d’accord pour donner à votre relation la priorité, ainsi que pour passer des moments de qualité ensemble. Prévoyez quelques sorties et notez-les dans vos agendas respectifs. C’est le moment d’entrer à nouveau dans la vie l’un de l’autre.

Soyez aimable. Ce n’est peut-être pas une idée révolutionnaire, mais cela pourrait avoir une influence significative sur votre relation. Agissez avec bonté envers votre conjoint(e). Les petits gestes chaleureux, les actes de bonté et les efforts pour ranimer la flamme du romantisme entre vous auront beaucoup d’effet sur le renouvellement de votre engagement mutuel. Que cela vienne du cœur, avec un engagement réel à effectuer les changements nécessaires.

Aimez sans condition. Quelqu’un doit briser le cercle vicieux du œil pour œil, mauvais traitement pour mauvais traitement. Il faut sortir du cycle des insultes pour insultes et répondre autrement. Vous ne pouvez pas contrôler le comportement de votre époux(se), mais vous pouvez contrôler le vôtre. Ne tenez compte des réactions de votre conjoint(e). Choisissez de le(la) traiter avec amour. Cela n’est pas facile à faire quand votre partenaire ne le fait pas en retour, mais c’est ce que vous avez promis de faire quand vous vous êtes mariés « pour le meilleur et pour le pire ». Et rien ne brise mieux les barrières émotionnelles qu’un amour sans condition.

Permettez à Dieu d’intervenir. Je vous défie de demander à Dieu de vous changer. Dieu veut le meilleur pour vous et Il sera toujours prêt à prendre soin de toute vie qui lui soit totalement soumise. Cela inclut aussi de vous réengager avec votre époux(se) et de vous unir de nouveau dans l’amour. C’est ce que Dieu veut et il vous guidera dans ce sens si vous Le laissez faire.

Nous avons tous des choses à régler dans nos relations. Que votre problème ait pris naissance dans l’amertume, le manque de pardon, la malhonnêteté, le manque de bonté, l’infidélité ou autre, Dieu vous offre Sa Puissance, Sa force pour vous permettre de vivre une vie qui l’honore. Je n’ai aucun doute sur le fait que Dieu veut que votre couple, votre mariage aille bien et que vous ayez une connexion chaleureuse et proche avec votre conjoint(e). C’est son plan pour vous. Allez dans son sens.

Vous aimez ? PARTAGEZ ! Vous sauverez peut-être un foyer en souffrance !

Abonnez-vous à notre mailing List pour ne manquer aucun article. Pour vous abonner, cliquez sur “suivre” et saisissez votre adresse e-mail ou aimez notre page Facebook.


Cet article a  été écrit dans sa version originale par David Currie et Glen Hoos.

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

Commentaires

  • Oui, beaucoup de couples sont concernés. Ils habitent sous le même toit, mais ils ne forment pas ‘une seule chaire’, une seule âme, ils ne sont pas unis dans une même pensée.

    Pour ton article, j’aurais commencé par la fin : Dieu en premier, puis aimer l’autre sans condition aucune. Etre comblé alors en Dieu et ne pas voir l’autre comme quelqu’un qui pourvoit à nos besoins mais voir l’autre comme ‘un être aimé de Dieu’. Donner l’amour de Dieu à l’autre, de la mesure qu’il peut ‘supporter’ sans attendre un couple réussi.

    En se mettant devant les yeux ‘la réussite de notre couple’, on arrive rarement à AIMER réellement l’autre. Lorsque aimer prend le pas sur réussir, alors, nous n’attendons plus de l’autre qu’il participe à la ‘réussite’ du couple, ce qui peut être un très grand piège.

    • Je suis pleinement d’accord avec toi Bereenne Attitude!

      Dieu en premier et ” ne pas voir l’autre comme quelqu’un qui pourvoit à nos besoins mais voir l’autre comme ‘un être aimé de Dieu’ ” sont des points critiques!!!

      Merci pour ce commentaire enrichissant!

      • Oui. Et … ne pas changer nous-même dans le but que l’autre change ! 🙂
        Car c’est bêtement de l’égoïsme ! Je change afin d’obliger’ l’autre à changer dans le but qu’il … me donne plus et mieux.

        C’est ce que beaucoup de livres sur les couples disent :
        – réussir :
        comment réussir son couple qui n’est pas : comment AIMER son conjoint quoi qu’il dise, et quoi qu’il fasse. C’est subtile, mais le réel but d’un chrétien est d’aimer et non pas de réussir.
        – changer pour que l’autre change
        afin de modifier les relations entre les personnes (c’est de l’égoïsme voir plus haut)
        – trouver la méthode x ou y pour répondre aux besoins de l’autre
        Connaitre l’autre par ses comportements : se sent-il aimé, lorsqu’il reçoit du temps, des cadeaux, des ‘câlins-gestes-regards’ ou alors des ‘mots’ ? Et alors répondre aux ‘attentes non formulées’ de l’autre.

        Généralement, cela produit une sorte de ‘course à la réussite’ du couple et crée des besoins supplémentaires : un couple chrétien devrait être, il faudrait qu’un couple chrétien fasse, et cela crée une échelle d’évaluation dont le ‘sommet’ est rarement atteignable. Cette échelle va de la culpabilité à l’orgueil, en passant par la culpabilité de l’autre, c’est à dire d’accuser l’autre des mauvais fonctionnements du couple.

        – Culpabilité-accusation :
        Le couple se sent en dessous de ce qu’il pense qu’un couple chrétien devrait être. Le couple se sent ‘coupable’ de ne pas former ‘un couple exemplaire’. Les deux conjoints ou un seul. Ou encore, l’un met la faute sur l’autre et fait de l’autre un coupable. Il évalue les ‘actions-paroles’ et inactions-silences de l’autre et l’accuse de faire faux. Ou alors, il se culpabilise lui-même : moi, je n’arrive pas à … moi, je ne suis pas assez cela.

        – Orgueil : propre juste (le couple n’a plus besoin de Dieu) (ou encore, le couple lui a ‘la bonne foi en Dieu) Si le couple vit ‘une bonne période’, par la même échelle de valeur, il pensera avoir réussi son couple. L’orgueil arrive bien vite : nous, nous dialoguons, nous, nous formons un beau couple, nous nous aimons, nous avons telle ou telle méthode, nous faisons ceci et cela de bien, c’est pourquoi notre couple est … ‘mieux’ que d’autres couples … moi au moins, je fais ceci et cela pour l’autre …

        La méthode est parfois même placée avant Dieu …

        Sortir de faire ou ne pas faire, sortir des échelles de valeurs, des comparaisons, de ‘notre vision de ce que devrait être un couple chrétien’, c’est sortir des accusations, de la culpabilité et de l’orgueil.
        C’est réalisé à quel point Dieu aime l’un et à quel point Dieu aime l’autre. Plus nous nous sentons aimés et pardonnés, plus nous souhaiterons que l’autre se sente lui aussi aimé de Dieu. Lorsque Dieu vient en premier, même pour l’un des deux, il est alors comblé en Christ, il ne cherche plus à ce que l’autre change, aime, donne … il essayera lui de donner, non pas pour ‘réussir son couple’ mais par amour pour l’autre…