Paroles de Grâce

Abandon émotionnel : Mon conjoint est émotionnellement distant – Partie 1

L’abandon émotionnel est plus fréquent qu’on ne le croit dans les ménages, y compris les foyers chrétiens. Cet article écrit dans sa version originale par David Currie et Glen Hoos expose 6 causes de la distance émotionnelle dans le couple.

J’entends régulièrement cette plainte de la part des gens qui viennent me consulter pour leur mariage: “Je me sens éloignée de mon conjoint.” “ J’essaie de faire en sorte que mon mari s’ouvre, mais il se replie sur lui-même.” “Ma femme ne s’intéresse plus à moi. J’ai l’impression que nous sommes à des milliers kilomètres l’un de l’autre.” “Je ne sais pas si je l’aime encore.”

Abandon emotionnelIl s’agit d’abandon émotionnel. Au lieu de vous quitter physiquement, votre conjoint se ferme émotionnellement. Il cesse de s’investir dans le couple, ce qui fait que l’autre se sent détaché et non désiré. Pour le monde extérieur, tout peut sembler aller bien, mais en réalité la relation est entrain de se détruire à petit feu,  une mort silencieuse.

Comment un mariage peut-il en arriver là? Parfois, c’est un glissement lent dans la complaisance, d’autres fois cela arrive de manière soudaine. Si cet abandon survient de façon soudaine, alors il existe probablement un événement ou un incident entre vous deux qui doit d’être résolu. En revanche, si la détérioration s’est fait progressivement, il y a probablement des tas de petites choses qui n’ont jamais été résolues et qui ont affecté la relation.

Voici quelques-unes des principales causes de distance émotionnelle entre époux:

Le manque de pardon. L’abandon émotionnel est en fait un manque de pardon poussé à sa dernière extrémité. Lorsque l’on se sent blessé par son conjoint et que l’on refuse de pardonner, l’on a tendance à rechercher des moyens de protection contre d’éventuelles futures blessures. Fermer son cœur à l’autre diminue peut-être le niveau de souffrance, mais cela a des conséquences fatales. Car le manque de pardon provoque toujours l’isolation. Surmonter ce manque de pardon requière la volonté de s’humilier et de demander pardon d’avoir blessé notre partenaire. Cela requiert aussi de vouloir pardonner gracieusement à l’époux qui nous a blessé. Cette démarche de pardon est fondée sur le désir de réconciliation, de réunion.

Un traitement insensible, impitoyable, dur. Les choses s’empireront très rapidement si vous ne faites pas attention à la manière dont vous traitez votre conjoint. Que ce soit un manque de courtoisie, de la méchanceté ou quelque chose de pire encore, cela crée des peines qui peuvent être petites au début, mais qui deviennent avec le temps des blessures profondes. Pour éviter cela, chaque partenaire doit s’examiner régulièrement et se demander s’il traite bien son époux(se). Votre conjoint, plus que n’importe qui au monde, a besoin d’être traité(e) avec respect et gentillesse. N’oubliez pas que votre époux(se) est un cadeau et mérite d’être considéré(e) comme précieux(se).

L’absence d’efforts. Quelques fois, le problème à la base de la distance émotionnelle est moins évident que le manque de respect ou le mauvais traitement. Il est facile, particulièrement pour les hommes, de supposer que la relation va bien et qu’il n’y a pas besoin de faire autant d’efforts qu’auparavant pour que tout continue d’aller aussi bien. Quand nous commençons à croire que notre conjoint(e) nous est acquis(e), cela nous entraîne à lui faire croire qu’il(elle) n’est plus important(e) à nos yeux. Quand la relation n’est plus la priorité numéro un pour l’un ou les deux partenaires, l’autre se sent abandonné(e). Cela le/laconduit à se sentir indésiré(e) et l’entraîne à s’enfermer dans son propre monde.

Le manque de temps. Beaucoup d’entre nous veulent tout faire en une seule journée. Nous sommes alors dirigés par l’urgence et en oublions de prendre le temps qu’il faut pour les choses qui sont vraiment importantes : le romantisme, parler des problèmes familiaux ou développer une véritable relation d’amitié avec son conjoint. Nous sommes constamment débordés et effaçons de nos emplois du temps les moments de qualité réservés à notre couple. Une relation de couple ne peut pas bien se développer et se maintenir si les contacts sont réduits à un repas rapide et à une brève conversation avant d’aller se coucher. Construire une bonne relation requiere des face-à-face hebdomadaires – que ce soit pour se parler ou pour s’amuser.

La peur de parler des problèmes. Le détachement émotionnel ne vient pas de nulle part. Il y a toujours quelque chose derrière. Si l’un ou les deux conjoints ne savent pas ou ont peur d’aborder des problèmes liés à leur relation, il en résultera ce genre de détachement. En général, les deux savent que quelque chose ne va pas, mais hésitent à en parler, craignant la réaction de l’autre. Ou peut-être qu’ils ont l’impression d’en avoir déjà parlé sans que cela serve à grand chose; alors, à quoi bon s’en soucier encore? Dans ces cas, il est important d’avoir une vision claire sur ce que veut dire résoudre les conflits dans un mariage – comment avoir un «bon combat», qui pour ainsi dire, qui apportent vraiment une solution.

Vivre dans le déni. Très souvent, quand les choses commencent à se gâter dans une relation, l’on ne veut pas admettre ce qui est entrain de se passer. Et c’est souvent la personne qui a besoin de faire des changements radicaux qui nie l’existence du problème. Les conjoints vivent alors dans une sorte de déni, comme si de rien n’était, ou comme si ce n’était pas si grave, ou comme si les choses allaient s’arranger toutes seules avec le temps. Mais nier l’évidence n’arrangera jamais rien. Cela ne sert en réalité qu’à détériorer la relation de couple au point où le couple perd toute intimité.

A suivre…

 

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

Commentaires