L’amour véritable n’a ni raison, ni condition

Écrit par Aisha B.

La prochaine fois que qu’un homme/femme vous dit qu’il/elle vous aime, demandez lui pourquoi et attendez sa réponse. La réponse sera ce qui détruira votre relation, à coup sûr…

J’ai écouté il y a quelques mois un enseignement très intéressant du Pasteur Myles Munroe. Il a abordé un point qui me semble très crucial dans le mariage ou même le choix du futur conjoint. Vous trouverez la version originale, en anglais, ici.  Dans cet article, je résume ce que j’en ai retenu :

4 définitions de l’amour

Les grecs ont défini l’amour de 4 manières différentes. Ces 4 types d’amour sont en fait une caractérisation des différents motifs pour lesquels l’on aime. Eros c’est le mot grec pour l’amour sexuel ou charnel. C’est tout simplement le plaisir de la chair, des sens. Phileo c’est l’amour amical. Sterego c’est l’amour familial. Agape c’est le type d’amour que les grecs ont utilisé pour définir l’amour divin. Jésus a également utilisé ce mot pour décrire l’amour de Dieu pour l’humanité. Ce type d’amour peut aussi exister entre deux personnes. Dieu a fait de l’amour une loi, un commandement.

Voici quel est mon commandement : Aimez–vous les uns les autres comme moi–même je vous ai aimés. (Jean 15:12)

Une loi ne se discute pas parce que c’est un devoir. Dans le devoir, il y a absence de sentiments. Nous avons par exemple le devoir de payer les impôts. C’est un devoir que nous devons remplir indépendamment de ce que nous ressentons.

Nous pensons souvent, à tort, que l’amour est lié aux sentiments. Or, l’amour que Jésus nous commande d’avoir les uns envers les autres, y compris bien sûr dans le mariage, est au-dessus de tout sentiment. Il n’a rien à voir avec les émotions.

L’amour véritable est inconditionnel

Agape se réfère à l’amour inconditionnel. De ce fait, si quelqu’un présente des conditions ou des raisons pour expliquer son amour alors ce n’est plus Agape, l’amour inconditionnel. Si quelqu’un utilise les mots « Si », « Quand » ou « Parce que » pour décrire/expliquer l’amour qu’il vous porte, alors quel qu’il soit, cet amour n’est pas inconditionnel.

Avez-vous remarqué que Dieu ne nous dit en aucun endroit dans la Bible la raison pour laquelle Il nous aime ? Son amour est défini, démontré… Mais nulle part Dieu ne nous dit pourquoi Il nous aime.

Oui, Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné son Fils, son unique, pour qu’aucun de ceux qui se confient en lui ne soit perdu, mais que chacun accède à la vie éternelle. (Jean 3:16)

En effet, partout où il y a une raison, il y a une condition. Partout où il y a une condition, il y a également une attente. La majeure partie des problèmes relationnels entre individus a quelque chose à voir avec les attentes. Cher ami, si une femme vous disait jamais : « Je t’aime parce que tu as un bon emploi ou parce que tu travailles dans une grande entreprise.» Eh bien mon cher, vous feriez mieux de conserver cet emploi! C’est une condition!  Cette femme s’attend en effet à ce que cette condition soit maintenue. Et cette attente créera une pression chez son conjoint. Pas de travail dans cette grande entreprise, plus d’amour. Dès le moment où un changement survient, dans un sens inattendu, cet « amour » se refroidit. Imaginez par exemple la condition : « En temps que mari, je m’attends à ce que tu prépares tous les jours pour moi. » Qu’arrive-t-il lorsque les deux travaillent la journée complète et que madame est épuisée lorsqu’elle revient à la maison le soir et ne peut faire la cuisine?

L’attente garantit la déception. Pourquoi ? Car rien dans la vie ne reste monotone. Tout évolue dans le temps. Imaginez un autre scénario : Supposez qu’un homme ait épousé une femme en raison de ses belles formes et qu’elle l’ait épousé pour son beau physique athlétique. Qu’adviendra-t-il après 10 ans et 3 enfants? Elle aura perdu ses formes de jeunesse. Et lui n’aura probablement plus son ventre plat et ses formes athlétiques. Si l’apparence physique était la raison de leur mariage, il y aura beaucoup de déception. La déception conduit quant à elle à la division. La division conduit finalement au divorce. Car en effet, aucune maison divisée contre elle-même ne peut subsister.

Marc 3:25  Si les membres d’une même famille sont divisés entre eux et se battent les uns contre les autres, cette famille ne pourra pas subsister.

La mort de la relation conduit au dysfonctionnement de la famille. Les parents divorcés ont plus de chances de voir leurs enfants également divorcer. Par ailleurs, le dysfonctionnement de la famille conduit au déclin la société. Finalement, le déclin social conduit à la destruction de la communauté.

Il est très important de garder à l’esprit que nos relations sont personnelles mais jamais privées : elles affectent tout le monde! Beaucoup d’enfants expérimentent aujourd’hui les conséquences psychologiques liées au divorce de leurs parents. Le Pasteur Myles rendait encore ce témoignage : « Une jeune fille de 22 ans dont les parents sont divorcés disait : Pasteur Myles, j’ai besoin de voir mon père. Je suis à un âge de ma vie dans lequel j’ai besoin d’entendre les paroles d’un père. (Son père vit sur la côte ouest des États-Unis, en Californie.) J’ai des décisions à prendre et j’ai besoin d’avoir un père…Je l’ai prise dans mes bras… »

Alors jeune homme / jeune fille, la prochaine fois que qu’un homme/femme vous dit qu’il/elle vous aime, demandez lui pourquoi et attendez sa réponse. La réponse sera ce qui détruira votre relation, à coup sûr. Car à partir ce moment-là, il vous faudra maintenir ce qui est attendu, ce qui est dans la majorité des cas à l’origine de trop de pressions.

Quels sont les motifs pour lesquels vous aimez votre conjoint? S’il existe quelque raison ou condition que ce soit, détruisez-les car cette raison, cette condition risquent à long terme de détruire votre relation.

Aisha


Vous aimez nos publications? Abonnez-vous à notre mailing List pour n’en manquer aucune! Pour vous abonner, cliquez sur « suivre » et saisissez votre adresse e-mail ou aimez notre page Facebook ou suivez-nous sur Twitter ou sur YoutubeConditions d’utilisation. Contact : moncouple.mesrelations@gmail.com

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, web-designer, web-administrateur de blogs de ministres de Dieu, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Poster un commentaire

Commentaires

  • Quand tu aimes quelqu’un, n’écoutes pas ce qu’il ou elle dit, regarde et admire ce qu’il ou elle fait pour toi. Tu n’en sera que ravi !

  • Je pas vraiment un commentaire a faire une une question a posser etant un homme si j’aime une fille elle me demandera pourquoi tu m’aime ou quel sont de raison qui te pousser a m’aimer est quel sera alors ma reponse car je suis obliger de lui repondre

    • Cher Olivier,

      L’amour véritable ne s’explique pas, l’amour véritable se donne, l’amour véritable se démontre, se prouve.

      Si vous dites par exemple : « je t’aime parce que tu es ambitieuse », ce n’est pas elle que vous aimez mais l’ambition…quand elle passera par de mauvais jours où elle exprimera moins cette ambition, votre couple sera menacé.

      Répondez-lui par des actes très concrets…

      Dans votre patience, dans le fait que votre coeur lui soit largement ouvert, dans le fait que vous cherchiez à lui faire du bien, que vous ayiez une approche constructive dans votre relation, dans le fait que vous lui soyiez fidèle, que vous preniez soin d’elle, elle verra que vous l’aimez.

      Voir 1 Corinthiens 13 pour avoir d’autres exemples concrets pour prouver son amour. Le verset 5 dit ceci (version Parole Vivante) :

       » 5 Celui qui aime ne saurait agir à la légère ou commettre des actes inconvenants. Aimer, c’est ne pas penser d’abord à soi, chercher son propre intérêt, insister sur ses droits. L’amour n’est pas irritable, il ne s’aigrit pas contre les autres. Il n’est pas susceptible. Quand on aime, on ne médite pas le mal et on ne le soupçonne pas chez les autres. Si on subit des torts, on n’en garde pas rancune. »

      Bon courage Olivier!