Témoignages

La liste qui a sauvé mon couple

Écrit par Aisha B.

Le jour a fini par arriver. J’étais restée aussi longtemps que je l’avais pu dans mon mariage. Une fois que mon mari, Bill, a quitté la maison pour le travail, j’ai fait un sac pour moi et notre fils de 14 mois, et j’ai quitté notre maison. Nous vivions dans la même ville que mes parents cette année-là. Évidemment, le fait que je puisse me réfugier chez mes parents avait facilité ma décision de quitter mon mari, Bill.

Le visage marqué la colère et par des traces de larmes, je suis entrée dans la cuisine de maman. Elle tenait le bébé pendant que je sanglotais ma déclaration d’indépendance. Un gant de toilette et une tasse de café plus tard, maman m’a dit qu’elle et papa pourraient m’aider. J’ai été réconfortée de savoir qu’ils seraient là pour moi.

Mais avant que tu quittes Bill, me dit-elle, j’aimerais que tu fasses quelque chose.

Maman a posé mon fils endormi, a pris une feuille de papier et un stylo, et a traçé une ligne verticale au milieu de la page. Puis, elle m’a demandé de faire dans la colonne de gauche une liste de toutes les choses que Bill faisait et qui le rendaient impossible à vivre. Pour la colonne de droite, je pensais qu’elle me demanderait d’énumérer toutes ses qualités. J’étais déterminée à énumérer une longue liste de mauvaises qualités sur la gauche.  Je pensais que ce serait facile. J’ai  immédiatement commencé  à griffonner la colonne de gauche.

Bill laisse toujours ses vêtements traîner par terre. Il ne me préviens jamais lorsqu’il sort. Il dort à l’église. Il a des habitudes aussi mauvaises qu’embarrassantes, comme se moucher ou roter à la table. Il ne m’a jamais acheté de beaux cadeaux. Il refuse de faire correspondre ses vêtements. Il est avare. Il ne m’aide pas aux travaux domestiques. Il ne parle pas avec moi.

La liste a continué jusqu’à ce que je remplisse la page. J’avais certainement marqué suffisamment d’éléments pour prouver qu’aucune femme ne serait capable de vivre avec cet homme. Puis, béatement, j’ai dit : “Maintenant, je suppose que tu vas me demander d’énumérer toutes les bonnes qualités de Bill sur le côté droit.”

“Non” m’a répondu Maman. “Je connais déjà les bonnes qualités de Bill. Maintenant, pour chaque élément sur ​​le côté gauche, je voudrais que tu écrives la manière dont tu y réagis. Que fais-tu?”

Cet exercice était encore plus difficile qu’énumérer ses qualités. J’avais pensé à quelques bonnes qualités de Bill que j’aurais pu énumérer. Mais je n’avais pas envisagé de penser à moi-même. Je savais que maman n’allait pas me laisser partir sans avoir terminé cette liste. J’ai donc dû commencer à écrire.

Je boude, pleure, et me mets en colère. J’ai honte d’être avec lui. Je me comporte comme une «martyre». Je regrette de l’avoir épousé. Je lui administre le traitement par le silence. J’ai l’impression d’être trop bien pour lui… La liste semblait sans fin.

Quand je suis arrivée en bas de la page, maman a pris le papier et des ciseaux. Elle a coupé le papier en deux en suivant la ligne verticale. Prenant la colonne de gauche, elle l’a froissée dans sa main et l’a jetée dans la poubelle. Puis elle m’a tendu la colonne de droite.

“Becky”, dit-elle, “Retourne chez toi, avec cette liste. Prends du temps pour réfléchir à ces éléments dans ta vie. Prie par rapport à cela. Je vais garder le bébé jusqu’à cet après-midi. Si tu fais sincèrement ce que je te demande et veux toujours te séparer de Bill, Papa et moi-même ferons tout notre possible pour t’aider “.

Affronter la réalité

Laissant bagages et enfant, je suis retournée chez moi. Lorsque je me suis assise sur mon canapé avec la feuille de papier, je ne pouvais pas croire ce à que je lisais. Sans le catalogues des habitudes gênantes de Bill, la liste semblait horrible.

J’ai alors vu une liste de comportements mesquins, de pratiques honteuses et d’attitudes destructrices. J’ai passé les heures suivantes à demander pardon à Dieu. J’ai demandé la force, le conseil et la sagesse pour les changements que je devais faire. Comme je continuais à prier, j’ai réalisé combien mon comportement avait été ridicule. Je pouvais à peine me souvenir de ce que j’avais écrit au sujet de Bill. Comment avais-je pu être aussi stupide? Je tiens à préciser qu’il n’y avait rien d’immoral ou d’horrible sur cette liste. Dieu m’avait honnêtement fait la grâce d’avoir un bon mari — pas parfait certes, mais bien.

Puis j’ai repensé aux cinq années passées. J’avais fait un vœu à Bill, celui de l’aimer et l’honorer dans la maladie et la santé, celui d’être avec lui pour le meilleur ou pour le pire. Des mots prononcés en présence de Dieu, de ma famille et de mes amis. Pourtant, ce matin, j’avais été prête à le quitter pour des problèmes insignifiants.

Je suis retournée chez mes parents. J’étais émerveillée par la façon dont je me sentais par rapport au matin. Je ressentais paix,  soulagement et gratitude.

Quand j’ai récupéré mon fils, j’étais consternée par la façon dont j’avais été prête à faire un tel changement radical dans sa vie. Ma mesquinerie avait failli lui coûté la possibilité de jouir quotidiennement de son merveilleux papa. Rapidement, j’ai remercié ma mère et suis retournée chez moi. Lorsque Bill est revenu du travail, tout avait été déballé et j’attendais.

Une nouvelle perspective

J’aurais aimé dire que Bill a changé. Mais non. Il fait encore toutes ces choses qui me faisaient honte et me donnaient envie d’exploser.

Moi, par contre, j’ai changé. Depuis ce jour, je devais être responsable non seulement de mes actions dans notre mariage, mais aussi de mes réactions.

Je repense à l’un des items de ma liste : Bill dormait à l’église. Le début de sa somnolence marquait toujours la fin de mon temps de culte. J’ai souvent pensé qu’il était  désintéressé par le message — et mon père était prédicateur! Tout le temps qu’il passait à piquer du nez, je fulminais. Je me tortillais sur le banc  de l’église, me sentant humiliée. Je me demandais pourquoi j’avais épousé cet homme. Je me disais qu’il ne méritait pas la femme pieuse que j’étais.

Maintenant, je peux me voir comme j’étais vraiment. Ma fierté entravait une partie précieuse de ma vie — mon culte. Ce problème n’était pas celui de Bill, mais le mien. Dorénavant, lorsque Bill endormait à l’église, je me plongeais dans l’action de grâces et la prière. Je ne regardais plus à Bill et à moi-même et mais à Dieu. Et à la fin du culte au lieu d’être colère, j’étais dans la joie.

Il n’a pas fallu longtemps pour que Bill remarque une différence. Un dimanche au déjeuner, il m’a dit : “Tu m’as semblé bien profiter des cultes ces derniers temps. Je commençais à croire que tu n’appréciais pas le prédicateur.” Auparavant, je lui aurais dit comment il m’avait gâché tant de cultes. Mais au lieu de cela, j’ai accepté silencieusement sa déclaration.

Refaire la liste

De nombreuses fois, à travers les années, j’ai eu à refaire la liste. J’ai continué à demander à Dieu de pardonner mes réactions pathétiques et me donner sa sagesse dans mon mariage.

Quinze ans plus tard, à l’âge de 49 ans, la maladie d’Alzheimer a été diagnostiquée chez Bill. Il a dû quitter son poste d’enseignant, me laissant pour soutenir notre famille, ce qui a conduit à des jours et des nuits d’inquiétude difficiles. Le regarder se battre pour maintenir le fonctionnement de ses capacités tous les jours a été une source d’inspiration pour mes fils, ainsi que pour moi. Nous avons dû mettre notre foi dans le fait Dieu est au contrôle. Nous avons cherché dans la Bible des réponses à nos questions. Nous avons connu toutes sortes d’émotions, de la colère à la douleur. Nous avons demandé, “Pourquoi?”   Nous avons réclamé la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence.

Malheureusement, de nombreux jours, j’ai été à court de patience, alors même que je savais que Bill ne pouvait pas s’empêcher de faire des choses énervantes. Je me rends compte que ma responsabilité est lui exprimer l’amour que Dieu voudrais que j’exprime. Je crie à Dieu d’aimer à travers moi — car je suis incapable d’aimer Bill comme Dieu est capable de l’aimer.

Plusieurs fois, j’ai remercié Dieu pour avoir eu une mère qui a été un mentor spirituel. Bien qu’elle ait été tentée, elle ne m’a pas prêché ou offert son opinion sur mon comportement. Elle m’a guidée dans la découverte d’une vérité qui a sauvé un bien précieux — mon mariage. Si je n’avais pas appris à réagir comme une femme chrétienne aux petits problèmes de Bill, je n’aurais été pas en mesure de répondre adéquatement à ses plus grands problèmes maintenant.

Mon fils est rentré un jour à la maison et m’a demandé : “Maman, qu’est-ce qu’on va faire quand papa ne se souviendra plus de nous?”  Ma réponse a été : “Nous nous souviendrons de lui. Nous nous souviendrons de l’époux et du père qu’il était. Nous nous souviendrons de lui pour tout ce qu’il nous a enseignés et la façon merveilleuse dont il nous a aimés.”

Après que mon fils a quitté la pièce, j’ai ri. Je pensais à ce dont que je me souviens au sujet de cet homme qui aimait sa famille et son Dieu. Beaucoup de ces souvenirs durables sont ces mêmes petites habitudes gênantes qui ont fait leur chemin sur une liste de mauvaises qualités, il y a tant d’années.

Article de Becky Zerbe, traduit par Aisha. Becky Zerbe est l’auteure de Laughing with My Finger in the Dam. Becky a été mariée à Bill pendant 29 ans. Version originale publiée dans Christianity Today/Marriage Partnership magazine


Vous aimez cette publication? Faites-en profiter quelqu’un d’autre, PARTAGEZ! Inscrivez-vous sur la mailing list pour n’en manquer aucune ! Pour vous inscrire, cliquez sur « suivre » et saisissez votre adresse e-mail. Rejoignez-moi sur Facebook, ou sur Twitter, ou sur Youtube ou Google+ ! Contact : moncouple.mesrelations@gmail.com

Partager, c'est aimer.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au sujet de l'auteur

Aisha B.

Chrétienne, épouse, maman, docteur, blogueuse, ma passion est d'impacter ma génération et de faire connaître Jésus-Christ par le moyen des médias. Mon désir le plus profond est de voir des adorateurs que Dieu recherche se lever, et de voir des familles restaurées dans la francophonie.

Laisser un commentaire

4 Commentaires

  • une leçon de vie qui nous apprends a aimer l’homme pour ce qu’il est et non pour ce que on voudrait qu’il soit. que dieu nous bénisse tous . “Beaucoup de ces souvenirs durables sont ces mêmes petites habitudes gênantes qui ont fait leur chemin sur une liste de mauvaises qualités, il y a tant d’années.”

  • Je crie à Dieu d’aimer à travers moi — car je suis incapable d’aimer Bill comme Dieu est capable de l’aimer. Cette phrase a retenu particulièrement mon attention. c’est mon cas. Mais Dieu est au contrôle.

  • émouvant!
    je me retrouve dans certaines lignes merci je comprend combien je dois m’efforcer à faire ce que Dieu attend de moi au lieu de mz cramponner sur ces petites choses déplaisantes chez mon conjoint car au final, je ne suis pas parfaite non plus.